Méprise

  • Posté le : 16/03/2007 - 16:31
  • par : Yann

En France, les campagnes électorales sont l'occasion pour les militants de tous bords de recouvrir le moindre mur vacant de photos du candidat auquel ils ont vendu leur âme. Bien que ce goût singulier pour la propagande appliquée se manifeste également au Québec, on peut au moins reconnaître à ses acteurs de moins envahir l'espace public. D'après mes observations, ces derniers utilisent en effet pour seul support le pied des lampadaires et des panneaux de signalisation, auxquels ils accrochent de grands panneaux en carton arborant la frimousse de leur candidat.

Mercredi dernier, Io et moi attendions le bus devant le centre commercial Wilderton. J'ai soudain aperçu sur le trottoir d'en face deux personnes qui s'affairaient autour d'une affiche électorale du parti Québec solidaire. Au départ, j'ai cru qu'elles dessinaient une moustache sur le visage de l'aspirant député, mais j'ai ensuite compris qu'elles finissaient d'accrocher la pancarte à son poteau. C'est à ce moment que j'ai réalisé que depuis le début de la campagne, je n'avais vu la moindre affiche vandalisée. J'étais curieux de voir si les deux militants nuanceraient ce constat en arrachant le panneau d'un concurrent dont j'apercevais la tranche juste au dessus du leur, mais ils s'en sont abstenus.

Par curiosité, j'ai marché quelques mètres le long du trottoir pour voir quel parti avait ainsi été épargné. Qu'ils n'arrachent pas une affiche du Parti Québécois qui se situe comme eux plutôt à gauche ne m'aurait pas surpris outre mesure, mais qu'ils s'interdisent de détruire une affiche du Parti libéral du Québec ou de l'Action démocratique du Québec dont ils ne partagent pas du tout les idées aurait été une vraie marque de respect du pluralisme.

En fait, il s'agissait du parti "Attention, croisement".

Commentaires

Jolie méprise. Du coup, tu ne sais pas si les québéquois sont moins vandales que les français... Recherche à reprendre

c'est assez rare en effet que les pancartes soient vandalisées. En fait, quand une campagne a lieu en hiver, le vent et les tempêtes se chargent souvent de détruire les affiches mal accrochées.
Par contre, il arrive de temps en temps que quelques pancartes soient déchirées. La plupart du temps, elles ne le sont par des fêtards un peu émêchés.

Et puis on ne trouve pas non plus d'affiche électorale sous les ponts, à la sauvage... ni de publicité pour le 36.15 Monkiki...

Je pensais que l'affichage en France était maintenant très réglementé et que les candidats devaient mettre leurs affiches à des endroits bien précis ....

Valérie> Je le pensais aussi, mais les militants ne semblent pas au courant.

[...] de ruiner définitivement mes illusions sur le respect de la pluralité de la part de tous militants québécois, j’ai trouvé une [...]