Mon doigt aux urgences

  • Posté le : 11/11/2006 - 16:06
  • par : Yann

En faisant la vaisselle vendredi soir, j'ai joué involontairement les prolongations de spasm. Alors que je frottais énergiquement l'intérieur d'un verre dont la gueule était légèrement fendillée, un petit morceau triangulaire s'en est détaché, laissant une pointe acérée qui s'est copieusement enfoncée à la base de mon index droit. Mon doigt était bien entaillé, et j'ai regretté de ne pas disposer d'une caméra pour filmer le sang qui coulait à flot, ce qui m'aurait permis de postuler pour la prochaine édition du festival. Pour arranger les choses, l'accident s'est produit vers 20h30, alors que le CLSC de notre quartier avait fermé depuis une demi-heure. Ne sachant pas si l'état de mon doigt nécessitait ou non une intervention, Io a appelé le 911 pour demander conseil. Son interlocuteur lui a immédiatement demandé de fournir notre numéro de téléphone et notre adresse, ce qu'elle a fait, tout en précisant qu'elle souhaitait simplement un renseignement. Au fil de la conversation, elle a toutefois réalisé que l'employé avait déjà commandé une ambulance. Contrairement à la France, où les agents du numéro des urgences peuvent rediriger l'appelant vers un médecin de garde s'ils jugent le problème peu grave, il semble que le 911 doive être utilisé uniquement si c'est une question de vie ou de mort. Io a heureusement réussi a annuler le taxi jaune qui m'était destiné. Sur les conseils de l'agent du 911, nous nous sommes finalement rendus à l'Hôpital Général Juif de Montréal qui se trouve à vingt minutes à pied de chez nous. Nous habitons juste à côté de l'Hôpital Sainte-Justine, mais celui-ci est exclusivement destiné aux enfants. La première étape de notre parcours consistait à nous présenter dans la salle de tri des urgences. Une femme qui attendait déjà avec son mari nous a expliqué que nous devions prendre une fiche sur une petite étagère et l'insérer dans une sorte de pointeuse afin de conserver notre tour. Au bout d'une demi-heure, après m'être honteusement fait doubler deux fois par des malotrus au bord de la mort, j'ai pu faire admirer mon doigt à la docteure. Celle-ci a rempli une fiche et me l'a tendue avec une carte plastique portant le chiffre 8, qui m'a semblé être un numéro de tour. Nous nous sommes ensuite rendus dans une grande salle dans laquelle attendait une vingtaine de personnes. Après avoir présenté ma carte de RAMQ et ma fiche au guichet des enregistrements je me suis assis avec Io, me doutant que je devrais au minimum attendre une bonne heure avant de pouvoir rencontrer un interne. Deux heures plus tard, nous avions eu l'occasion de voir passer plusieurs spécimens pathologiques et accidentels fort intéressants, mais on ne m'avait toujours pas appelé. J'en venais à me demander si ma blessure était si grave, ou s'il était possible de rentrer chez nous et improviser un pansement avec du scotch et quelques Kleenex. Par chance, ma plaie ne me faisait quasiment pas mal. Vers 1h00, une infirmière a clamé mon nom. Elle nous a amenés, Io et moi, à une salle de soin où nous avons dû attendre encore une bonne demi-heure. L'infirmière est revenue nous voir, mais c'était juste pour nous demander de changer de salle, la notre devant servir à un autre patient (le mot prenant ici tout son sens). Elle s'est montrée à nouveau une demi-heure plus tard en disant qu'elle était vraiment désolée. Pensant qu'elle faisait allusion à notre attente et que l'on allait enfin me soigner, je lui ai répondu soulagé que ce n'était pas grave. En fait, elle s'excusait parce qu'elle devait à nouveau nous déplacer pour revenir à la salle précédente. Vers 2h10, un interne est toutefois venu s'occuper de moi. Après quelques injections d'anesthésie dans mon index, il m'a recousu en faisant quatre points de suture, ce qui prouvait au moins que je n'étais pas venu pour rien. L'opération a duré une vingtaine de minutes. Je n'étais toutefois pas au bout de mes peines, car il fallait que j'attende qu'une infirmière me fasse une piqûre antitétanique (je ne me souvenais plus de la date de mon dernier rappel). Celle-ci s'est acquittée de cette tâche une demi-heure plus tard, et à 3h15 du matin, nous avons enfin quitté l'hôpital, plus de six heures après y être entrés. Les personnes ayant le coeur assez accroché pour manger au KFC ou écouter un disque entier de Raphaël sans vomir peuvent admirer ma blessure de guerre.

Commentaires

L'histoire ne dit pas si tu vas être obligé d'y retourner pour te faire enlever les fils. Et du coup, attendre encore, et encore...

Le système de santé, c'est un gros problème, ici... en voici une preuve de plus. :-(

Moi je dis, ton chirurgien, c'est un artiste, ça ressemble aux broderies que faisait ma grand'mère... Certes ce n'est pas du point de croix mais plutôt du point d'étoile, mais ça a de la gueule! Voila une bonne excuse pour aller à Ikea chercher quelques verres non ébréchés et les remplir de bulles pour fêter ça! Ca? Quoi ça? On s'en fout, y a toujours une raison de fêter quelque chose!

Bryce> Je vais faire retirer les fils au CLSC. Ça devrait être un peu moins long, mais je vais quand même prévoir un petit bouquin pour patienter, genre "Guerre et Paix", ou le Quid. Olivier> J'avais conscience de ce problème, mais j'avoue que je ne pensais pas y être confronté si tôt Sandy> Je transmettrai tes félicitations au chirurgien si je le revois. Je vois qu'il y a toujours une raison d'aller à Ikea :-).

Ben ouais, y a 2 trucs qui coincent vraiment vraiment ici: le système de santé, et l'éducation des enfants... Le premier se gère encore, le second fait peeeeuuuuur!!!!!! Comme on dit : bienvenu! Découverte de ton blog grace à la Presse qui parle de ton quart d'heure de gloire! Félicitation! :-) (bon, comme je suis d'humeur partageuse en cette grisailleuse petite journée... au cas où ca serve... quand je dis "ca se gère"... médecin de famille... 1er rdv: 3-4 mois d'attente, ensuite ca va super bien. Pareil pour le dermato, l'ORL, les divers spécialités... alors le mieux c'est encore de prendre un 1er rdv "pour du beurre" quand on en a pas besoin, et être dans la liste des fidèles patients... Mais bon, dans le cas de jolies entailles comme la tienne, ca n'aurait rien changé de toutes manières! Mon record aux urgences: 8h pour des antibiotiques (de 22h à 6h du mat')! (avant les CLSC, ce qui ne nous rajeunit pas!!!) :-) )

Petite suggestion... :) Normalement il y a un numéro de téléphone qui s'appelle Info Santé. J'appelle toujours la avant d'aller aux urgences. Desfois ce n'est pas nécessaire et la personne au bout du fil peut le dire. C'est très pratique. Normalement, le numéro de téléphone est le même que le CLSC. Bref, pour l'avoir appeler au CLSC ou regarder dans le bottin. Ça évite les ambulances :)

Je bisse pour Info-Santé : une infirmière qui prends le temps d'écouter et de conseiller... le numéro que j'ai sur mon frigo, c'est le 514-381-4221 et il y a quelqu'un 24h par jour... voili voila :-)

Ouh là ... soyons chauvinistes Messieurs, Dames. Etant l'heureuse détentrice du césar de la maladresse, je peux vous affirmer que les urgences françaises sont pénibles : pour un oeil éborgné il faut compter 6H d'attente, un orteil cassé 4H, un pouce écrasé sous une porte blindée 7H, je m'arrête là après c'est du domaine de l'intime ;-) Obtenir un rendez-vous chez l'allergo, le gynéco, l'ophtalmo ??? Le bonheur total ! Entre 2 et 4 mois d'attente. Et pour l'éducation des enfants ... faudra repasser ! A priori, l'Espagne partage aussi nos "performances". A quand un Club ?

Virginie> Voui c'est vrai qu'il y a des histoires d'horreurs partout, et que ca dépends d'où on est situé, la journée etc... ceci dit, je me souviens de mon beau-père en région parisienne qui a eu un vertige tutoyant le malaise, et vu son médecin dans l'heure, eut un scanner 5h plus tard (aux urgences), le cardiologue 3 jours après et le neurologue 7 jours plus tard... (et il ralait parce que c'était long encore!!! ;-) ). Tant qu'on est aux cas particuliers, c'est des plus subjectifs... Tout est dans l'équilibre... ici ou là, il y a du mieux, il y a du pire... le tout est de savoir où ca coince pour justement "gérer" pour éviter de se dégouter! jc-qui-a-fêté-ses-20-ans-icitte!

Looange et Jean-Christophe> Merci pour les conseils. Je crois que j'appellerai effectivement info santé la prochaine fois que j'aurai un problème (en espérant quand même ne pas en avoir besoin tout de suite) Virginie> Ils pourraient quand même t'offrir un accès prioritaire pour te remercier de ta fidélité :-) .

Un conseil : Il faut appeler Info-santé et non pas composer le 911. Le 911 et l’ambulance, c’est seulement si tu es à l’article de la mort.

J’ai testé aussi les urgences et j’ai dû attendre deux journées avant de me faire opérer (vésicule biliaire). Pendant tout ce temps-là, j’ai dormi sur une civière dans un couloir. J’étais drogué pour ne pas trop souffrir.

Le système de santé, c’est probablement ce qui me fera quitter le Québec. Pour le reste, j’adore. Mais la santé avant tout !

Bravo pour ton blog, au passage.

[...] Je ne suis pas encore assez calé en politique québécoise pour faire une fine analyse des résultats, mais quelque chose me dit que l’on a pas fini d’attendre aux urgences. [...]

Mon record aux urgences : 3 jours sur une civière en file indienne dans les couloirs de l'Hopital St-Luc dans l'attente de me faire retirer la vésicule biliaire (calculs biliaires) et le risque d'attraper une maladie nosochomiale (vétusté, saleté du lieu). La santé au Québec, ça craint vraiment.

Sinon, super ton blog.