Emersion provisoire

  • Posté le : 05/10/2006 - 19:22
  • par : Yann

Je profite d'un inespéré retour à la vie de la connexion Internet de la tour Trylon pour poster une synthèse de mon début de semaine. Lundi Io et moi nous sommes rendus à la Caisse Desjardins dans le but d'ouvrir un compte bancaire et prendre une assurance habitation pour notre nouvel appartement. La jeune femme de l'accueil était très moyennement agréable. Afin de pouvoir bénéficier de l'immense privilège de déposer notre argent dans la société, elle nous a tendu une feuille de papier mal photocopiée où l'on nous demandait une flopée d'informations. En plus de notre NAS, d'une copie de nos pièces d'identité et du nom de notre employeur, ce qui est habituel au Québec en pareille occasion, nous devions carrément fournir les coordonnées de notre banque en France ainsi que nos numéros de carte bleue, ce qui l'est moins. Nous avons ensuite appris qu'il s'agissait simplement d'une demande préliminaire. Un conseiller devait nous appeler dans le courant de la semaine pour prendre rendez-vous, voire la semaine suivante. Personne n'étant disponible pour nous vendre une assurance, l'employée peu avenante nous a laissé la carte de la responsable pour appeler plus tard. En sortant de l'établissement, j'ai réalisé que la qualité de l'accueil avait sérieusement entamé mon moral.Nous nous sommes alors installés dans un café Van Houtte qui propose gratuitement une connexion Internet sans fil. En buvant mon cappuccino, j'ai pu sans encombre ouvrir un compte d'électricité sur le site d'Hydro Québec. La demande d'une ligne téléphonique sur le site de Bell Canada a été plus complexe. J'ai dû en effet contourner un bug de l'interface qui m'empêchait de sélectionner la province de mon domicile à l'aide de l'extension webdeveloper de Firefox. Mardi Le matin, nous avons reçu un message de Bell et d'Hydro Québec nous indiquant que nos abonnements étaient activés. L'après-midi, j'ai téléphoné à l'agente de la caisse Desjardins pour obtenir notre assurance. Quand je lui ai donné mon nom, cette dernière m'a informé que je devais près de 70 dollars de facture impayée pour la police à laquelle j'avais souscrit lors de mon précédent séjour en tant qu'étudiant. Une fois ma stupeur passée et après avoir un peu discuté avec l'employée, j'ai compris que l'assurance était reconduite tacitement, bien que je n'aie rien décelé de tel dans le contrat. La caisse m'a ainsi envoyé une lettre en octobre 2001 pour m'avertir du renouvellement alors que j'étais rentré en France trois mois auparavant. Ne recevant aucun paiement, elle a fini par annuler mon contrat en décembre. Cette mésaventure prouve qu'il faut toujours vérifier deux fois que tous les abonnements ont été fermés avant de quitter un pays. Par bonheur, l'agente a été très conciliante.Convaincue de ma bonne foi, elle m'a proposé de faire un geste commercial pour la facture impayée. Elle a toutefois requis que je signe un papier l'autorisant à fouiller dans mon passé financier, afin de s'assurer que je n'avais aucune dette, crédit ou passé de blanchisseur d'argent de la drogue qui pourrait nuire à mon dossier. Une proposition que je ne pouvais pas refuser. Mercredi Je suis passé avec Io signer mon papier à la caisse Desjardins en fin de matinée. Nous n'avions en revanche toujours aucune nouvelle du rendez-vous que nous attendions pour ouvrir un compte bancaire. Ce dernier s'avérait pourtant de plus en plus indispensable. Nous souhaitons en effet pouvoir rapidement payer notre loyer par chèque plutôt qu'en petites coupures, ainsi qu'être en mesure de régler nos factures de téléphone et d'électricité par prélèvement automatique. Finalement, nous avons décidé d'ouvrir nos comptes à la Banque de Montréal chez qui j'étais déjà client lors de mon séjour étudiant. Nous avons obtenu un rendez-vous le jour même. L'employé qui s'est occupé de nous était très courtois et souhaitait visiblement que nous comprenions toutes les subtilités du contrat qu'il nous proposait. Ca change de notre expérience des banques françaises. Le jeudi, nous sommes allés à Ikea. Avec un peu de chance, j'aurai de l'Internet demain pour raconter cette épopée d'une intensité dramatique encore plus grande que ce que vous venez de lire.

Commentaires

Bonjour, ca me fais sourire ce post, car j'ai eu EXACTEMENT le meme tracas avec Desjardins, ou encore plus drole, ils m'ont envoyé dans une succursale qui n'existait pas et une autre destinée aux intermittant du spectacle (j'etais juste étudiant)
finalement j'ai décidé d'ouvrir un compte a la Banque nationale, quelle surprise de voir que ce dernier a été ouvert dans l'heure.
Ce qui était étonnant avec Desjardins c'est que sans un compte de chez Bell je ne pouvais l'ouvrir....

Compliqué pour pas grand chose quand on voit les concurrents ;)